Munitions: Manurhin obtient un nouveau sursis

13/06/2018 16:29
Le fabricant de machines de cartouches Manurhin à Mulhouse (Haut-Rhin), en grande difficulté financière, a obtenu un sursis d'activité jusqu'à cet automne avec son placement en redressement judiciaire, a-t-on appris mercredi auprès du tribunal de grande instance (TGI) de Mulhouse.
Le régime de sauvegarde judiciaire, sous lequel l'entreprise était placée depuis un an, a été converti mercredi en un redressement judiciaire avec une période d'observation jusqu'au 7 décembre prochain pour MR Equipement, la filiale opérationnelle, et jusqu'au 18 octobre pour le holding MNR Group, a indiqué la chambre commerciale du TGI jointe.
Manurhin emploie 160 salariés. Cet ex-fleuron de l'armement français, fondé en 1919, s'était rendu célèbre par la fabrication des revolvers de la police, activité abandonnée depuis.
Selon un actionnaire minoritaire, la mise en redressement judiciaire était l'hypothèse prévue et "la plus souhaitable". Elle doit "donner le temps nécessaire" à Manurhin pour trouver un repreneur, qui sera "probablement" un industriel étranger présent dans l'armement.
Quatre candidats sont déjà sur le rang, a annoncé à l'AFP Bruno Fuchs, député (LREM) du Haut-Rhin : l'industriel allemand Rheinmetall, le belge fabricant d'armes FN Herstal et son compatriote New Lachaussée, concurrent de Manurhin, ainsi qu'OMPC un fabricant de munitions du sultanat d'Oman partenaire de l'entreprise mulhousienne dans cet Etat où elle a décroché un important contrat.
D'autres candidats, français ou étrangers, sont susceptibles de se dévoiler prochainement, a souligné Rémy Thannberger, président du directoire de Manurhin.
Les candidats repreneurs ont jusqu'au 11 juillet pour déposer leurs offres, en vue de la présenter à la prochaine audience fixée au 1er août, a précisé le TGI à l'AFP.
Mardi, interrogé par M. Fuchs à l'Assemblée nationale, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait promis de trouver des "solutions" et "un repreneur de qualité" pour l'entreprise.
"Il y a de l'espoir, Manurhin est un leader mondial, avec un beau carnet de commandes et des salariés déterminés", a estimé M. Fuchs. Le but sera de trouver "le meilleur repreneur pour Mulhouse, qui s'engagera à y rester et à y développer l'activité", a-t-il ajouté.
Le groupe Manurhin a enregistré une perte nette de 16,7 millions d'euros en 2017, un montant supérieur au chiffre d'affaires qui a chuté à 12,1 millions d'euros l'an dernier contre 31 millions d'euros en 2016 et 60 millions d'euros en 2015. Par conséquent, ses capitaux propres sont négatifs à hauteur de 23,3 millions d'euros à fin 2017, selon ses comptes.
Cette situation contraste avec un important carnet de commandes, d'un montant de 100 millions d'euros, a rappelé M. Thannberger.
La direction de Manurhin l'explique par son impossibilité d'obtenir des prêts et par l'attitude de blocage de son actuel actionnaire de référence, le groupe slovaque Delta Defence détenteur de 34 %.
cr/ha/cam

(© 2018 AFP Finance)
© 2018 Tous droits réservés
Cotations différées d'au moins 15 minutes (Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne).
Flux de cotations : Euronext (Places Euronext et Cours des Devises).
Bourse : technologie Cote Boursière