RETAIL ESTATES 78.800 € (+0.13 %)     BEKAERT 23.420 € (+0.09 %)     ORANGE BELGIUM 17.340 € (+1.29 %)     COFINIMMO 113.200 € (+0.71 %)     SHURGARD 30.550 € (-0.65 %)     BARCO 185.000 € (-1.39 %)     ARGENX SE 120.300 € (-1.72 %)     BQUE NAT. BELGIQUE 2 300.000 € (-0.43 %)     XIOR 45.650 € (-0.11 %)     UCB 71.360 € (-1.11 %)     AGFA-GEVAERT 3.416 € (-0.99 %)     KBC 57.220 € (+0.67 %)     GBL 85.840 € (+0.07 %)     SIPEF 42.000 € (+1.94 %)     BPOST 8.192 € (-0.32 %)     EVS BROADC.EQUIPM. 20.700 € (+0.24 %)     ACACIA PHARMA 1.380 € (-1.43 %)     ASIT 1.120 € (+0.90 %)     LOTUS BAKERIES 2 400.000 € (+0.84 %)     MONTEA C.V.A. 73.400 € (-0.27 %)     PICANOL 65.800 € (-0.60 %)     SOLVAY 89.300 € (+0.13 %)     ELIA 63.900 € (-0.47 %)     TUBIZE-FIN 60.900 € (-1.14 %)     FAGRON 17.730 € (-2.04 %)     KBC ANCORA 39.360 € (+0.05 %)     CELYAD 9.610 € (-8.48 %)     CIE BOIS SAUVAGE 373.000 € (+0.27 %)     MELEXIS 56.250 € (+0.09 %)     UMICORE 27.240 € (+0.26 %)     VGP 71.200 € (-2.20 %)     RECTICEL 7.740 € (-2.03 %)     RESILUX 132.500 € (0.00 %)     PROXIMUS 25.720 € (-2.24 %)     WDP 144.600 € (+0.14 %)     GREENYARD 3.420 € (0.00 %)     BIOCARTIS 10.280 € (-0.96 %)     IBA 13.660 € (+0.66 %)     VAN DE VELDE 27.000 € (0.00 %)     OXURION 3.820 € (-3.54 %)     SIOEN 23.550 € (-2.69 %)     VIOHALCO 4.250 € (+2.16 %)     AGEAS 45.290 € (+0.85 %)     D'IETEREN 39.500 € (-2.35 %)     ONTEX GROUP 13.650 € (+1.26 %)     WERELDHAVE BELGIUM 80.600 € (0.00 %)     ASCENCIO 56.800 € (-0.35 %)     TESSENDERLO 29.050 € (-0.51 %)     EURONAV 7.935 € (+1.28 %)     AEDIFICA 82.000 € (-1.56 %)     EXMAR 5.460 € (+0.18 %)     COLRUYT 49.880 € (-2.00 %)     BEFIMMO 50.900 € (-1.55 %)     CFE 81.800 € (-0.24 %)     KINEPOLIS GROUP 47.400 € (-0.73 %)     LEASINVEST 102.000 € (0.00 %)     IMMOBEL 59.000 € (0.00 %)     INTERVEST OFF-WARE 25.400 € (-0.97 %)     CRESCENT 0.047 € (-4.28 %)     CARE PROPERTY INV. 24.400 € (0.00 %)  
   SIGNIFY NV 25.940 € (-0.08 %)     CARREFOUR 16.675 € (+1.43 %)     ADOCIA 17.000 € (-23.25 %)     SMCP 13.620 € (+0.89 %)     EURONEXT 66.400 € (-1.99 %)     ACCOR 37.120 € (-0.05 %)     ASML HOLDING 179.000 € (+0.94 %)     XILAM ANIMATION 40.850 € (+0.12 %)     ARCELORMITTAL SA 15.710 € (+4.83 %)     GALAPAGOS 111.050 € (-0.94 %)     TECHNIPFMC 22.390 € (+2.94 %)     INGENICO GROUP 77.200 € (-0.05 %)     ALBIOMA 23.150 € (+4.51 %)     BENETEAU 9.555 € (-0.93 %)     KPN KON 2.766 € (+0.11 %)     EUROPCAR MOBILITY 6.080 € (+2.27 %)     UNILEVER DR 53.500 € (-1.18 %)     ARGAN 61.000 € (-1.61 %)     SAFRAN 130.800 € (-0.57 %)     ORPEA 102.700 € (+0.10 %)     REMY COINTREAU 123.500 € (+0.32 %)     ESSILORLUXOTTICA 109.150 € (-0.59 %)     ORDINA 1.766 € (+1.49 %)     NEURONES 21.700 € (-0.91 %)     ATOS 70.900 € (-1.25 %)     STEF 74.300 € (+2.20 %)     BOIRON 36.550 € (-2.14 %)     ENVEA 77.200 € (+0.52 %)     PERNOD RICARD 162.250 € (-0.46 %)     VIVENDI 24.460 € (-1.29 %)     METROPOLE TV 16.450 € (+0.55 %)     AIRBUS 125.540 € (+0.29 %)     THALES 107.500 € (-0.19 %)     MANITOU BF 26.000 € (-1.52 %)     MAISONS DU MONDE 20.200 € (+0.60 %)     AMG 25.800 € (+0.86 %)     DELTA DRONE 0.088 € (+4.39 %)     GENFIT 17.720 € (-0.45 %)     SPINEWAY 0.039 € (-8.24 %)     ING GROEP N.V. 9.998 € (+2.75 %)     NICOX 4.905 € (+1.34 %)     VALLOUREC 2.525 € (+3.06 %)     TOTAL 49.520 € (+1.17 %)     KLEPIERRE 29.000 € (-0.82 %)     SII 22.700 € (+0.44 %)     BNP PARIBAS ACT.A 41.165 € (+1.74 %)     BOUYGUES 31.970 € (+0.53 %)     KIADIS 7.445 € (-0.07 %)     CASINO GUICHARD 29.980 € (+3.09 %)     EUROFINS SCIENT. 376.600 € (+1.62 %)     SOITEC 95.400 € (+1.65 %)     CARMAT 19.660 € (0.00 %)     RALLYE 6.500 € (+7.26 %)     GROUPE PARTOUCHE 25.100 € (-0.40 %)     BAM GROEP KON 3.800 € (0.00 %)     POSTNL 1.456 € (+2.10 %)     VALEO 28.260 € (+5.92 %)     AEGON 4.298 € (+0.54 %)     AUREA 5.560 € (+1.46 %)     GETLINK SE 14.020 € (-1.61 %)  

L'assurance chômage "quasiment à l'équilibre" en 2019, des excédents dès 2020 (Unédic)

13/06/2018 16:29
L'assurance chômage, en déficit depuis 2009, sera "quasiment à l'équilibre" en 2019 puis engrangera des excédents dès 2020, essentiellement grâce à la baisse du chômage, selon des prévisions de l'Unédic publiées mercredi, qui ne tiennent toutefois pas compte de la réforme en cours du régime.
Selon le gestionnaire de l'assurance chômage, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A (sans activité) à Pôle emploi diminuerait de 128.000 personnes en 2018 en France entière, puis de 104.000 en 2019, de 125.000 en 2020 et de 116.000 en 2021.
Les chiffres de Pôle emploi passeraient ainsi de 3,72 millions de chômeurs fin 2017 à 3,25 millions fin 2021.
Le taux de chômage au sens du bureau international du travail (BIT), mesuré par l'Insee, reculerait, quant à lui, à 7,7% de la population active fin 2021, contre 9,2% aujourd'hui.
Les projections de l'Unédic se basent sur une prévision de croissance de 1,9% en 2018, de 1,8% en 2019 puis 1,6% en 2020 et 2021. Pour 2018, la prévision est comparable à celles du gouvernement (2%) et de l'OCDE (1,9%).
Conséquence de la baisse du chômage: le déficit de l'assurance chômage, qui s'élevait à 3,4 milliards d'euros en 2017, est attendu à 1,4 milliard d'euros cette année et à 89 millions l'année prochaine. Le régime génèrerait 1,6 milliard d'excédents en 2020, puis 3,6 milliards en 2021.
La dette cumulée du régime culminerait à 35 milliards d'euros fin 2019, avant d'entamer une décrue.
"Sur le moyen terme, un désendettement quasi-total est possible", sous réserve notamment que la phase de croissance de l'économie soit "suffisamment longue et conséquente", estime l'Unédic.
Selon l'organisme, le redressement de ses comptes n'est pas seulement du au "dynamisme de l'économie" mais également aux décisions prises par les partenaires sociaux dans le cadre de la dernière convention d'assurance chômage, conclue en avril 2017 et entrée en vigueur en octobre. Ces nouvelles règles vont permettre, selon l'Unédic, une économie "d'environ 2,7 milliards d'euros" d'ici à fin 2021.
Les prévisions ne tiennent toutefois pas compte de la future indemnisation des salariés qui démissionnent en vue d'une reconversion et des indépendants qui se retrouvent sans activité dans le cadre d'une liquidation ou d'un redressement judiciaire. Ces mesures pourraient générer "un surcoût de 280 à 570 millions d'euros en régime de croisière", selon l'Unédic.
Mais à l'inverse, la révision des règles européennes sur l'indemnisation des travailleurs transfrontaliers notamment, en cours de discussion, génèrerait "des économies de 580 à 640 millions d'euros par an".

(© 2018 AFP Finance)
© 2019 Tous droits réservés
Cotations différées d'au moins 15 minutes (Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne).
Flux de cotations : Euronext (Places Euronext et Cours des Devises).
Bourse : technologie Cote Boursière